Atelier de réalisation audiovisuelle

Le Kollectif Nawak propose un atelier de réalisation audiovisuelle pour « exercer son regard sur le monde ».

Objectifs: Chaque participant(e) définit le sujet sur lequel il(elle) souhaite réaliser, il(elle) peut ensuite choisir le média avec lequel il(elle) voudra traiter son sujet. Les formes abordées seront:

Les reportages vidéos ou radiophoniques, les documentaires vidéos ou sonores, le roman photographique.

Vous êtes auteur(e), réalisatrice(eur) et technicien(ne) de votre propre projet et collaborez sur le projet d’un(e) autre participant(e).

Atelier basé sur l’engagement personnel et l’expérience collective, la mutualisation des compétences, et un fonctionnement participatif.

TOUS LES JEUDIS, De 14H à 18H, à partir du jeudi 26 février 2015, dans les locaux de la radio associative La Locale, 13 rue Joseph Pujol 09800 Saint-Girons

Renseignement – inscription: Michael (Kollectif Nawak) 0678336711.

Fèt Kaf –

samedi 20 décembre 2014 à 19h

Rassine monmon, papa… Tome 1 : Ce passé qui ne passe pas !

Durée : 82 mn, couleur – Version : Français, créole réunionnais – Sous-titrage : français

Résumé :

document au format PDF:

1963, le tout jeune département français de la Réunion atteint les 400 000 habitants, dont la moitié ont moins de 20 ans.

1963, encore, Michel Debré devient député de La Réunion et entame une politique démographique qui va du contrôle des naissances* à « l’exportation » en France d’un grand nombre de jeunes réunionnais, voire des enfants, se servant d’institutions telles que l’armée, la fonction publique et les organismes sociaux.

Pour cela, il crée le Bureau pour le développement des migrations intéressant les départements d’outre-mer (le Bumidom)

Je suis allé à la rencontre de plusieurs de ces migrants qui, comme mes parents, ont franchit l’océan sous l’impulsion de l’état français.

Ce 1er tome pose le contexte dans lequel mes parents ont « désoté la mer»** pour un aller sans retour pour l’hexagone, à la fin des années 60.

L’histoire de toute une jeunesse réunionnaise déboussolée, à qui on a séché tout espoir de développement au pays natal, vécue comme une promotion sociale, pour quelque uns, et pour de nombreux autres, comme un exil.

*interdit dans l’hexagone. ** traversé la mer.

Comme à chaque rendez-vous l’auberge sera espagnole.

 

Appel à rassemblement

Tabassage pour une contravention,

Coups de bâton pour pas un rond,

« Brivelagaillarde » à Saint-Girons ?
mana-neyestani1
Jeudi 29 octobre, Fabienne rencontre des gendarmes suite à une panne de voiture, elle se fait plaquer au sol, fracturer l’arcade sourcilière ; elle a le visage couvert de bleus et de plaies. Après l’hôpital, on l’envoie en cellule de dégrisement. Pourquoi ? Elle était mal garée, les gendarmes ont voulu emmener sa voiture, elle s’est énervée. Le lendemain, elle leur dit qu’ils n’ont pas le droit d’être aussi violents : ils lui répondent : « avec des gens comme vous, on a le droit ».

Jeudi 6 novembre, deux gendarmes entrent sans autorisation dans le jardin de la « Tortue », nouvelle maison occupée du quartier de Sierres à Saint-Girons et plaisantent sur le meurtre de Rémi Fraisse par la police, le 26 octobre au barrage de Sivens, en disant que c’est « pas de chance », que c’est un « concours de circonstances ».

Mercredi 12 novembre, deux gendarmes et un policier municipal entrent dans un hangar occupé de l’usine de Lédar à Saint-Girons, et menacent les personnes présentes de « faire le ménage à l’aide d’un fusil de chasse ».

Vendredi 14 novembre, en se présentant à une convocation à la gendarmerie de Saint-Girons, une personne se fait emmener de force à la gendarmerie de Sainte-Croix : entre autres coups et maltraitances, les gendarmes la plaquent au sol, lui cognent volontairement la tête contre la paroi du fourgon et la soulèvent par les menottes qu’ils lui ont attachées dans le dos. Tout ça pour quoi ? on l’accuse d’avoir collé deux affiches sur la D117 de Saint-Girons.

A qui le tour ?

Pour le collage de deux affiches, pour une voiture mal garée en fin de soirée, pour des espaces vides occupés: violences et intimidations.

Dans un climat qui légitime les violences policières, l’Etat a donné l’ordre à sa police de taper, et la police tape. En Ariège comme ailleurs.

Alors plutôt que de rester isolé(e),

retrouvons – nous nombreux et nombreuses

pour montrer que nous ne nous laisserons pas faire.

Rassemblement

devant le Lidl de St Girons à côté du monument aux morts

le jeudi 20 novembre à 17 h.

Tabassage pour une contravention 001


Hécatombe

Au marché de Briv’-la-Gaillarde,
A propos de bottes d’oignons,
Quelques douzaines de gaillardes
Se crêpaient un jour le chignon.
A pied, à cheval, en voiture,
Les gendarmes, mal inspirés,
Vinrent pour tenter l’aventure
D’interrompre l’échauffouré’.

Or, sous tous les cieux sans vergogne,
C’est un usag’ bien établi,
Dès qu’il s’agit d’rosser les cognes
Tout l’monde se réconcili’.
Ces furi’s, perdant tout’ mesure,
Se ruèrent sur les guignols,
Et donnèrent, je vous l’assure,
Un spectacle assez croquignol.

En voyant ces braves pandores
Etre à deux doigts de succomber,
Moi, j’bichais, car je les adore
Sous la forme de macchabé’s.
De la mansarde où je réside,
J’excitais les farouches bras
Des mégères gendarmicides,
En criant: « Hip, hip, hip, hourra! »

Frénétiqu’ l’une d’ell’s attache
Le vieux maréchal des logis,
Et lui fait crier: « Mort aux vaches!
Mort aux lois! Vive l’anarchi’! »
Une autre fourre avec rudesse
Le crâne d’un de ces lourdauds
Entre ses gigantesques fesses
Qu’elle serre comme un étau.

La plus grasse de ces femelles,
Ouvrant son corsag’ dilaté,
Matraque à grands coups de mamelles
Ceux qui passent à sa porté’.
Ils tombent, tombent, tombent, tombent,
Et, s’lon les avis compétents,
Il paraît que cett’ hécatombe
Fut la plus bell’ de tous les temps.

Jugeant enfin que leurs victimes
Avaient eu leur content de gnons,
Ces furi’s, comme outrage ultime,
En retournant à leurs oignons,
Ces furi’s, à peine si j’ose
Le dire, tellement c’est bas,
Leur auraient mêm’ coupé les choses:
Par bonheur ils n’en avaient pas!
Leur auraient mêm’ coupé les choses:
Par bonheur ils n’en avaient pas!

Georges Brassens (1952)

Programme des projections de Novembre

Cycle « Philip K. Dick au cinéma »

affiche K.Dick

 

Vendredi 14 novembre à 20h

blade runnerBlade Runner

de Ridley Scott (1982) – vostf – 117 min.
2019, Los Angeles. La Terre est surpeuplée et l’humanité est partie coloniser l’espace. Les nouveaux colons sont assistés de Replicants, créations artificielles de plus en plus perfectionnées qui ressemblent de plus en plus à l’homme. Conçus comme de nouveaux esclaves (travailleurs, combattants, prostituées), certains parmi les plus évolués s’affranchissent de leurs chaînes et s’enfuient. Rick Deckard est un ancien Blade Runner, catégorie spéciale de policiers chargés de « retirer » ces replicants. Il accepte une nouvelle mission qui consiste à retrouver quatre de ces individus qui viennent de regagner la Terre après avoir volé une navette spatiale. Ces replicants sont des Nexus 6, derniers nés de la technologie développée par la Tyrell Corporation…

 

 

Vendredi 28 Novembre à 20h et 22h30

totall recallTotal Recall

de Paul Verhoeven (1990) – vostf – 113 min.
Terre, 2048. Doug Quaid fait chaque nuit le même cauchemar : en compagnie d’une belle jeune femme brune, il est victime, sur Mars, d’un accident mortel. A défaut de se rendre. sur cette planète pour élucider la cause de cette obsession, il opte pour la solution plus économique de la société Recall : on lui implantera dans le cerveau des souvenirs aussi précis et vivants que s’il avait vraiment passé un séjour là-bas.

MINORITY+REPORTMinority Report

de Steven Spielberg (2002) – vostf – 145 min.
En 2054, à Washington, la division Pré-Crime, une unité policière ultra-secrète, est capable de détecter un criminel avant qu’il ne le devienne et d’anticiper ses crimes avant qu’il ne les commette. Alors qu’il revient d’une arrestation policière musclée, l’agent John Anderton consulte un nouveau dossier. Il se fige littéralement en apprenant qu’il est le prochain tueur. Sans tarder, il disparaît de l’établissement et décide de découvrir le fonctionnement secret de Pré-Crime afin de prouver son innocence.

Reflexions collectives de retour du testet

Vous trouverez ci dessous le texte écrit durant la dernière assemblée « Politique al Païs » suite au rassemblement du Testet le 25 octobre.
L’idée est d’en faire une diffusion massive lors du prochain marché de Saint Girons ce samedi 8 novembre. RDV, pour celles et ceux à qui ça fait sens, au Palmier à 10h.

Lire le texte

Soirée contraception masculine

Dimanche 19 octobre 2014 au Palmier

19h: Auberge espagnole

20h: Projection suivie d’une discussion avec un intervenant

Vade retro spermato

Dès la fin des années 70, dans plusieurs villes de France, des hommes réagissent aux questions soulevées par le féminisme sur le rôle respectif des sexes dans la société, dans la famille et dans le couple. Plutôt jeunes, entre vingt et trente cinq ans pour la plupart, ces hommes issus de tous les milieux sociaux reprennent à leur compte dans leur vie quotidienne les remises en cause profondes des comportements traditionnels, notamment dans les rapports de sexes. Nombre d’entre eux vivent en couple et se posent la question de pouvoir assumer leur contraception.

Constitués en groupes de paroles, ils en viennent à explorer concrètement les pistes d’une contraception masculine possible.

Genre : Documentaire  (2011)   Réalisation : Philippe Lignières    Durée : 1h15

contre le barrage de Sivens

le 15 octobre 2014 a 18 h au palmier présentation du projet de réoccupation du site de Sivens. Discussions et préparation à propos du rassemblement du 25. Seront présent-e-s des camarades zadistes ainsi que Henry Chevallier, spécialiste des zones naturelles humides.

 

affiche_testet25oct_a4

Soirée Block Party le 15/08

La locale, Le Palmier et  Rizohm vous invitent le vendredi 15 août de 21h à l’aube, à une grosse soirée Block Party pour soutenir votre radio qui a besoin de thunes pour continuer à faire mal et à vous faire du bien. Un sound system Rocksteady / Hiphop / Soul dans un lieu autogéré à Saint-Girons: le squat du Palmier, sur la route de lédar. Pur son, bonne bouffe, punch maison. Dancefloor garanti. Laisse pas tes potes rater ça! Fais passer le message…

Crève le pouvoir, et vive la locale!

Jingle:

blk party net