Rencontres libertaires à Eychenat du 25/07 au 05/08

Rencontres libertaires – Eychenat (Ariège)

25 juillet – 5 août 2014

Chaque année, l’OCL organise des Rencontres ouvertes à celles et ceux que les thèmes choisis intéressent. L’idée est de profiter de la période estivale pour échanger autour de ces thèmes ou d’investissements militants sur lesquels nous avons peu le temps de discuter au quotidien. Il ne s’agit pas pour autant d’une université d’été où l’on écouterait la bonne parole. Nous souhaitons offrir un espace de dialogue, d’échange formel comme informel. Les débats se tiennent « à la fraîche », à 21h, après le repas du soir. Les journées offrent de vastes plages de temps libre qui peuvent permettre de proposer et d’organiser d’autres débats, de partager une expérience, de présenter une lutte particulière… ou de consulter la vidéothèque, la librairie et les tables de presse.

Nous sommes dans une ferme en activité (élevage) qui met à disposition un local collectif. Ce local a une histoire : il a été créé à la fin des années 70. Au sortir d’expériences de vie communautaire et après une installation en Ariège pour travailler la terre, il a paru nécessaire de construire un lieu collectif : cette construction s’est fait avec la participation de beaucoup de monde (des voisins, des gens de la ville et des alentours). Ce sont des jeunes de la cité du Mirail à Toulouse qui ont inauguré le local : ils-elles y passaient leurs vacances en échange d’une aide aux travaux de la ferme. Depuis, ce lieu sert toujours à des initiatives menées par des associations ou à des activités partagées (réunions-débats, ateliers…) Les rencontres libertaires organisées par l’OCL s’y déroulent depuis de nombreuses années.

Nous avons à disposition un local comprenant un coin cuisine, une salle de repas, une pièce pour les débats, des sanitaires (douches, lavabos, WC) et des prés pour camper (prévoir une tente, seul mode de logement possible). Pour ne pas gêner les travaux quotidiens de la ferme, un parking pour les voitures (autres que camping-car) est disponible à dix minutes à pied. Pour la même raison les chiens sont malvenus.

La vie quotidienne est collective : les repas sont pris en commun et confectionnés par des équipes tournantes. Chaque jour, une équipe s’occupe des courses et des deux repas de 13h et 19h en fonction d’un budget précis. Une seconde équipe s’occupe de la vaisselle, de la propreté des sanitaires, de la salle de réunion et de l’entretien quotidien du lieu. En dehors des repas, chacun fait sa vaisselle (en particulier le soir et le matin).

Les tarifs pour les trois repas quotidiens et les frais de fonctionnement du lieu sont établis en fonction des revenus. Ils s’échelonnent de 5 à 20 euros/jour pour les adultes, et sont de 5 euros/jour pour les enfants. Pour les bébés, le séjour est gratuit.

S’inscrire au plus tard la veille de l’arrivée en téléphonant sur place à partir du 25 juillet au numéro suivant  : 05 61 65 80 16 ou avant oclibertaire@hotmail.com

Les débats programmés

Vendredi 25 juillet : début des rencontres, pas de débat

Samedi 26 juillet : Lutte du Testet (+ Morvan + lutte contre les éoliennes industrielle)

epuis plusieurs années, le projet de barrage de Sivens, dans le Tarn, suscite une vive opposition citoyenne. Ce projet, destiné principalement à l’irrigation intensive du maïs, détruirait s’il était mis en oeuvre la zone humide du Testet, lieu de biodiversité remarquable (94 espèces protégées y vivent). L’occupation active du terrain et la naissance de la ZAD du Testet, fin 2013, marque un tournant dans la lutte, et a permis pour l’instant de retarder le début des travaux. Lors des rencontres libertaires d’Eychenat seront présentés : Les tenants et aboutissants économico-politiques du projet ainsi que les moyens de lutte mis en œuvre !

Dimanche 27 juillet : Lutte des femmes, la fin de l’histoire ?

Tout aurait été gagné et grâce aux lois nous serions libérées du joug patriarcal. Mais il y a comme un malaise à affirmer cela devant la persistance des contraintes faites aux femmes. L’inventaire de nos victoires se rétrécie devant chacune de nos défaites. Ce qu’on a perdu par exemple : la lutte féministe est totalement discréditée ; la mise en scène du rôle féminin s’amplifie ; le droit à l’IVG devient une tolérance mal appliquée, … On peut dire qu’on a perdu le droit d’être différente, d’être heureuse et épanouie sans devoir répondre aux codes « féminins » instaurés par la société patriarcale ; on a aussi perdu le soutien politique des hommes qui se sentent bien peu concernés par une lutte des femmes en pleine déliquescence qui ne pose plus politiquement la question de la servitude féminine. Ce qui est perdu c’est le principe même de libération, le fondement de la révolte féministe ; aujourd’hui il semble que tout soit aménageable, il ne faut rien bouleverser, le temps n’est plus aux revendications radicales … et pourtant !

Lundi 28 : Les luttes dans l’espace européen.

Nous avons un problème : il existe un espace capitaliste européen, des très grands projets nuisibles à l’échelle européenne, un projet européen de démantèlement des acquis sociaux que ce soit en termes de protection sociale, de services publics, de droits sociaux ou de salaires, des traités européens actuels ou en projet pour mieux criminaliser et écraser nos luttes… et, en revanche, il n’existe pas de luttes européennes à proprement parler. Les échéances ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre, la solidarité a déjà du mal à exister dans le cadre national : les priorités ne sont pas les mêmes, nos références culturelles restent nationales. Bref, l’internationalisme a du mal à dépasser le stade de la proclamation. Il y a, certes, quelques tentatives de structuration européennes (No Tav, No Border…), mais elles demeurent limitées. Est-il possible d’établir des relations de luttes à luttes au niveau européen ? Comment pouvons-nous aborder cet aspect-là des mobilisations sociales et politiques ?

Mardi 29 : Luttes d’entreprise et situation sociale.

Deux ans après le retour de la gauche, il flotte dans l’air un doux parfum de luttes de classes. Bien que les discours sur la « crise » ne tourne plus en boucle sur les antennes, vu que la plupart des places financières ont retrouvé leurs niveaux de début 2009, voire connu des performances notables, c’est pourtant aujourd’hui que ses effets sociaux commencent à apparaître dans toute leur brutalité. La crise du capitalisme qui, jusqu’alors, existait principalement dans les joutes publiques opposant acteurs de la finance, hommes politiques, éditorialistes et autres « experts » se matérialise et la restructuration qui en découle dévoile sa vrai nature : explosion du chômage et crainte pour celles et ceux qui ont encore un emploi de le perdre, appauvrissement des classes populaires et « moyennes », intensification du travail et précarité générale. On assiste en conséquence on assiste à une remontée importante des luttes démenti cinglant au discours sur la servitude volontaire et l’anesthésie généralisée. A travers la discussion avec la présence envisagée de participants à des conflits de l’année écoulée nous essaierons de tirer un bilan critique de celles-ci en s’appuyant sur des interrogations qui alimenteront le débat : existe t-il une typologie de ces luttes ?, quelles sont les moyens de mobilisations de la classe ?, quels rôles et quelles fonctions joue les syndicats ? et l’extrême gauche dans cette histoire ? Quelles perspectives pour l’avenir proche ?

Mercredi 30 : Qu’est ce que faire de la politique aujourd’hui ?

C’est déjà faire de la politique avec notre environnement quel qu’il soit ! Mais qu’est-ce que la politique ? Ce débat est intimement lié à la situation sociale et à l’analyse que nous en faisons. Nous nous inscrivons dans les luttes de classe en essayant d’y apporter des propositions et des débats afin de contribuer à leur victoire évidemment partielle. Des thèmes à creuser semblent importants : la souffrance au travail et son corollaire la lutte anti-hiérarchique, les solidarités concrètes de classe et la critique fondamentale du salariat sans ne jamais oublier que le capitalisme n’est pas réformable mais à détruire…

Jeudi 31 : film « Gabes Labess »

« Gabès Labess » (Tout va bien à Gabès) questionne les modèles actuels de développement en mettant l’accent sur l’oasis de Gabès, la seule oasis côtière dans le monde. Ce qui était autrefois considéré comme « le paradis du monde » a été transformé en une catastrophe économique, sociale et écologique, par la construction, dans les années 1970, d’un complexe industriel chimique qui a privé les agriculteurs locaux de leur eau, de leurs terres arables, de leur bien-être économique et de leur dignité. Des entretiens avec des habitants de Gabès témoignent des multiples difficultés et problèmes auxquels ils sont exposés : pollution de l’eau, de l’air, des terres et de la mer ; réduction des terres arables et des ressources en eau ; augmentation des maladies graves (l’ostéoporose, les cancers, les allergies), et progressive extinction d’un patrimoine social et écologique exceptionnel. « Gabès Labess » est un cri d’alarme, un appel à agir avant qu’il ne soit trop tard…

Vendredi 1er août : La Révolution en Tunisie et en Egypte entre Espérances et Echecs.

De la Chute des Dictatures à la Victoire des Contre-Révolutions Trois années et demi après la chute des dictatures en Tunisie et en Egypte, on assiste à une évolution politique qui hésite entre, d’une part, un processus de réformes politiques du même système hérité de Bourguiba et de Ben Ali (nouvelle constitution garantissant les libertés fondamentales mais poursuite des politiques économiques libérales), et, d’autre part, un engrenage de violences et de répressions sanglantes, en Egypte (coup d’Etat militaire contre le pouvoir des Frères Musulmans et adoption d’une nouvelle constitution et de plusieurs lois qui limitent les libertés politiques et individuelles). Dans les deux cas, il s’agit d’une contre-révolution menée par des classes sociales et des groupes d’intérêts qui se sont mobilisés dès le lendemain de janvier et février 2011 pour protéger leurs intérêts et privilèges et pour récupérer le pouvoir politique, quitte à faire certaines concessions qui ne leur semblent pas trop coûteuses. Si l’on doit reconnaître l’ouverture évidente de certains espaces nouveaux de droits et de libertés, il n’est pas moins évident que les droits sociaux et économiques ont été tout simplement ignorés. Ainsi les populations et les classes pauvres et/ou marginalisées, qui étaient à l’origine des processus révolutionnaires dans les deux pays, se trouvent presque totalement exclues des « bénéfices » de la révolution dont elles se sont fait « déposséder ». La contribution de Habib tentera de revisiter les longs processus révolutionnaires en Tunisie et en Egypte pour mettre en évidence la force de la contre-révolution et la puissance des classes et des groupes dominants.

Samedi 2 août : Kurdistan (sous réserve)


Dimanche 3 août : Réforme pénale

Lundi 4 août : Droit d’asile

Se profile une nouvelle réforme du droit d’asile. Sous couvert de lutte contre les abus de procédure par de supposés « faux réfugiés », l’Etat s’apprête à passer à la vitesse supérieure en matière restriction de circulation, de mise sous contrôle et d’enfermement. Le projet de loi qui sera examiné à l’automne prochain propose ainsi de généraliser de nouvelles formes d’assignation à résidence à l’égard des demandeurs d’asile, et renforce leur mise à l’écart de la société. (cf. article à paraître dans Courant Alternatif de juillet) Dans ce contexte, nous ferons également l’analyse des luttes de l’immigration depuis une dizaine d’année, marquées par le développement du Réseau Education Sans Frontière et par l’affaiblissement des collectifs de sans-papier.

Mardi 5 août : Fermeture

S’inscrire à l’avance : OCL c/o Egregore, BP 81213, 51058 Reims cedex. Courrier électronique : lechatnoir@club-internet.fr Confirmer au plus tard la veille de l’arrivée en téléphonant avant 21h sur place, au 05 61 65 80 16, numéro de téléphone accessible uniquement du 26 juillet au 5 août.

Chaos et co- errance

Le jeudi 3 juillet, comme pour chaque assemblée, à partir de 10 h, aménagement, rangement et maquillage du Palmier. A 12 h, auberge espagnole. L’après-midi, on plante des fleurs, on passe le balai, on réfléchi et c’est pas triste. A 19, pendant une re-auberge re-espagnole et discussions sur le pourquoi et le » comment, afin que le fond remonte à la surface (renversement du système).Aquin_490x210

Le printemps des révolutions à la chapelle

printemps-des-revolutions LE PRINTEMPS DES RÉVOLUTIONS A LA CHAPELLE
du 12 mai au 1er juin 2014.

Portugal 1974, Chiapas 1994, Grèce 2010, Turquie 2013… Autant d’expériences qui ont secoué le pouvoir établi, l’ont fait vaciller, parfois tomber… Autant de luttes dont il faut tirer les enseignements pour mieux analyser les révolutions actuelles, comprendre les écueils auxquels elles peuvent être confrontées et construire un futur insurrectionnel.

Du 12 mai au 1er juin 2014, l’Atelier Idéal propose une série de rencontres, discussions, projections sur la thématique de la révolution en acte.

AU PROGRAMME : projections de films documentaires, rencontres, discussions-débats sur l’actualité de ces luttes aujourd’hui. Un événement festif et jubilatoire.

On ne le dira jamais assez,  la Chapelle n’existe que par les bénévoles qui s’investissent pour ce lieu, et c’est toujours d’actualité !
Une fois encore, la Chapelle a besoin de vos coups de main pour que vive ce printemps des révolutions auto géré.

~~~~

APPEL A BÉNÉVOLES !
Nous recherchons:

DES POSEURS D’AFFICHES DES MAINTENANT

Votre mission: poser les affiches nouvellement arrivées dans les magasins, bars, assos, cinémas, lieux officiels de Toulouse et environs (pas d’affichage sauvage)
les affiches sont stockées à la chapelle, vous pouvez passer en prendre le mercredi soir, le dimanche ou le lundi soir, si vous voulez passer à un autre moment téléphonez avant au 05.61.12.37.55.

DES BÉNÉVOLES EN CUISINE
Nous recherchons des cuistot.e.s des pâtissier.e.s et des coups de main en cuisine notamment pour les repas des: 13,14, 19, 20, 22, 23, 24, 29, 30, 31 mai et 1er juin

DES BÉNÉVOLES EN SALLE
pendant tout l’évènement (programme en pièce jointe) vous êtes les bienvenu.e.s pour nous aider à préparer la salle, tenir le bar, servir à manger etc…

DES BÉNÉVOLES EN RÉGIE

Nous recherchons des personnes pour aider à la gestion du son et des lumières… l’évènement prendra la forme d’un ciné forum, projection de films+ débats , avec quelques concerts et des expositions.

ET LES TACHES MOINS SYMPAS MAIS NÉCESSAIRES
Merci d’avance à celles et à ceux qui voudront bien tremper leurs mimines dans la plonge ou nous aider à tenir le lieu et le jardin propres.

Si vous souhaitez participer au Printemps des révolutions, merci de me contacter au 06 10 21 87 87 (les WE, en semaine le soir ou entre 12h et 14h) ou par mail: nathalie@atelierideal.lautre.net et de m’indiquer vos disponibilités et ce que vous aimeriez faire, des mails collectifs ou individuels sur l’organisation suivront pour les inscrits.

A très vite!

Nat pour la chapelle

PS: faites tourner l’info, merci.

Ce qu’on a fait Des 2 mains!

Dimanche dernier, le 30 mars 2014, nous avions rendez-vous avec l’association Dès 2 mains pour une rencontre autour des savoir-faire et outils autonomisants.

Charlie nous a d’abord présenté son prototype de chauffe-eau à bois en thermosiphon. Ce bel engin fait avec des bouteilles de gaz et extincteur, contient à l’intérieur un serpentin de tuyau en cuivre, le tout est relié à un chauffe-eau de 150 litres, pour un rendement de 40%, son foyer est de type rocket à chargement vertical et sa combustion est latérale.

Nous avons également vu la filtration d’huile de friture récupéré: pré-filtration lente puis filtration à 5 microns.

Après nous avoir expliqué le fonctionnement de petits cuiseurs bois à gazéification dans des boites de conserve, Vitale nous a mis en service un Poelito: poêle à bois à inertie destiné aux habitats légers et mobiles. Le principe est simple: il stocke la chaleur (nous avons mis du sable) et la diffuse lentement par inertie. C’est un poêle de Type Rocket réalisé dans un bidon métallique.

Ensuite, avec l’aide des intervenants de l’association, nous avons fait des Briques de Terre Crue en adobe (des 2 pieds!) dans une machine à bois et nous avons pu admirer des bardeaux de différentes formes et des chaumes de roseaux.

Très instructif, la quinzaine de personnes présentes est repartie avec pleins de notes et l’envie d’y mettre les 2 mains!

des2mains

Le groupe Technique/Outils Autonomisants du Palmier souhaite passer à l’action et se réaproprier les savoirs! Si vous êtes intéressés, contactez-nous sur le mail du Palmier.

Jardin potager: l’experimentation

 

Le projet commence a prendre forme. Aishlinn qui réside au palmier a voulu mettre les connaissances de la permaculture en pratique avec l aide de Gloria, Gio, Pierre, Francois et Ceol, voila ou ça en est :

Le première couche et un mélange de composte de bois et de crottin de mule suivi d’une couche d’ortie et de pissenlit. C’est pour équilibrer l’azote et le carbone mais aussi fournir des nutriments  essentiels pour le sol. Ensuite s’ajoute du carton trempe dans l’eau de pluie (si abondante ces jours-ci) afin d’éviter le désherbage mais aussi aider a maintenir une certaine humidité dans le sol.

La dernière couche est une fine couche de gros copeaux de bois pour éviter les cartons de s’envoler. Nous utilisons les ressources qui sont disponibles et essayons de travailler le plus possible avec la nature.

Il serait très appréciable que vous puissiez nous apporter du crottin de cheval/âne/mule/ qui a au moins 1 an d’age. Nous avons besoin aussi d’orties (les petites sont particulièrement se qu on cherche), des feuilles de pissenlit et des cartons sans couleur (on evite l’encre au maximum).

Le travail continu, nous voulons créer une spirale d’herbes et jardin suspendu.  Si vous êtes partant pour donner un coup de main se serait vraiment très apprécié. Vous pouvez aussi venir découvrir des petites techniques de jardin verticaux pour les gens avec peu de surface de travail ou même en appartement !

Touts les mardi c’est le jour du jardin plus on est de fou plus on rit !

Seule la lutte paye, avec la pression l’eau est arrivée!

Encore une fois, la résistance et l’auto-organisation collective prouve qu’il ne faut jamais baisser les bras face aux injustices.

Seule la lutte paye.

Le syndicat des eaux du Couserans, après 3 refus de branchement, face àl’imminence d’une mobilisation et à de solides arguments, a décidé derendre accessible l’eau, ce bien de première nécessité dont la collectivité lui a confié la gestion.

Merci à toutes et tous les camarades, copains, copines, associations, syndicats, individus… qui nous ont soutenus et qui étaient prêts à venir manifester avec le collectif du Palmier.

Le rendez-vous à la mairie du mardi 25 mars est annulé

P1000938

La lutte continue ! —

L’eau au Palmier: Communiqué mars 2014

Cliquez ici pour télécharger le PDF du Communiqué

Le Syndicat des Eaux du Couserans (Ariège) refuse le raccordement à l’eau potable à une partie des habitants de Saint Girons

Le Palmier, pourquoi ?

En décembre 2012, des habitants de la ville de Saint Girons prennent l’initiative d’investir la maison dite «Le Palmier» appartenant à la communauté de commune et laissée vacante depuis une quinzaine d’années environ.

« Quand la mairie de Saint-Girons atteint des records nationaux en matière de pauvreté et de difficulté de se loger dignement avec de faibles revenus (INSEE 2010); quand celle-ci répète, à qui lui pose la question, qu’elle n’a pas de salle à fournir aux associations locales ou aux particuliers ; quand ces deux problèmes se répètent indéfiniment sans qu’aucun début de solution ou de débat ne soit proposé ou mis en œuvre, est-il illégitime de se servir des locaux vacants que finalement cette commune possède ? »

L’occupation du Palmier permet de répondre à différents besoins que les élus et les institutions locales ont choisi d’ignorer par des refus systématiques de mise à disposition de locaux et de moyens.

Elle permet, modestement et sans aides institutionnelles, de loger quatre personnes qui y ont trouvé refuge, et à une vie associative dynamique de se développer sur la commune.

Diverses activités s’y déroulent depuis plus d’un an de manière régulière et gratuite : projections, apprentissage de techniques de construction, d’accès au droit, débats, yoga, couture, présentation de livres, local non-marchand, peinture, montage radiophonique, informatique et d’autres encore.

La mairie, à ce jour, n’a jamais contesté l’occupation. Le Palmier prouve au quotidien la nécessité d’un lieu de rencontre autogéré au carrefour des vallées.

Pourquoi refuser l’eau au Palmier ?

Dessin communiqué H2O 001En toute indépendance, ERDF a ouvert l’électricité depuis plus de 15 mois à la demande du premier résident, et conformément au droit à l’énergie. Les factures sont acquittées à chaque échéance.

Le Syndicat des Eaux du Couserans, en toute dépendance, se refuse toujours à ouvrir l’eau, en violation du droit fondamental satisfaisant des besoins vitaux et élémentaires pour l’accès à l’eau (loi n° 2006-1772 du 30 décembre 2006) et des droits internationaux.

Certaines communes se sont rendues compte du bien fondé et de la légitimité de l’utilisation de lieux vides leur appartenant. La ville de Paris, par exemple, a mis en œuvre la systématisation des conventions d’abonnement à l’eau avec les lieux réquisitionnés pour toutes sortes de nécessités.

Le 25 mars, un courrier officiel demandant le raccordement sera de nouveau remis au Syndicat des eaux du Couserans afin de lui rappeler fermement que sa mission n’est pas de choisir qui a le droit de vivre dignement sur son territoire mais de rendre accessible à tous une ressource naturelle et vitale.

Cliquez ici pour télécharger le PDF du Communiqué